Rechercher
  • Paolo Lupo, président de l'association

La TSR "Temps présent" du 27 mars 2014 : Ou comment aborder les inégalités sociales du Grand Genève


La TSR "Temps présent" oublie que le canton de Genève est le seul canton qui perçoit l'impôt à la source et qui ne rétrocède sur le lieu de domicile du frontalier Suisse que 3,5% de son salaire annuel, soit moins de 1/4 de l'impôt conservé dans le canton de Genève – comparativement pour les résidents vaudois, le canton de Vaud perçoit la totalité de l'impôt sans aucune rétrocession à Genève.

Dans la vraie vie, devenir frontalier Suisse est un sort peu enviable :

  • C'est payer toutes les cotisations sociales sur le lieu de travail à Genève et être exclu des indemnités chômage cantonales et des programmes de réinsertions de l'office cantonal de l'emploi. Parce qu'il ne peut se loger a Genève, l'exilé immobilier se retrouve basculé dans la caisse de chômage française, avec des allocations chômage divisées par moitié et sans aucune aide lui permettant de rechercher un emploi à Genève.

  • C'est perdre la possibilité de cotiser librement à l'AVS en cas de perte ou d'arrêt de l'activité professionnelle avant 65 ans. En effet, contrairement aux résidents du canton (qu'ils soient suisses ou au bénéfice d'un permis de séjour), le frontalier Suisse trouve sa retraite diminuée, parfois de manière considérable.

  • C'est au moment où l'on devient dépendant, ne pas avoir accès à l'aide médico-sociale (EMS), alors que sa vie durant il a travaillé et payé ses impôts à Genève.

  • Ce sera dès juin 2014 ne plus pouvoir se faire soigner dans le canton de Genève. Suite à l'accord passé entre Berne et Paris, qui va à l'encontre des dispositions européennes qui prévoient l'assurance maladie sur le lieu de travail.

  • Ce sera d'ici 2015, d'être surtaxé en France pour les héritiers, des lors que la convention d'imposition sur les successions est dénoncée par la France.

Alors pourquoi créer l'image du Genevois profiteur et nanti ?

http://www.rts.ch/emissions/temps-present/5604488-frontaliers-suisses-profiteurs-et-clandestins.html


0 vue