Rechercher
  • Paolo Lupo, président de l'association

Le retour des frontières entre la Suisse et l'Europe !


Le projet du Conseil Fédéral pour la mise en application de l'initiative contre l'immigration de masse, votée par les Suisses le 9 février dernier ( 50,3%), est considéré comme inadmissible par L'UDC qui soudainement fait marche arrière, en prétendant qu'avec le retour des contingents, le gouvernement cherche à provoquer Bruxelles.

Que prévoit la mise en application de l'initiative lancée par l'UDC : - Le contingentement de toutes les autorisations de résidence en Suisse dès quatre mois de séjour. - La préférence nationale à l'emploi sera toujours prise en considération. - Le nombre de frontaliers sera également contingenté. - Les cantons pourront édicter des restrictions supplémentaires pour protéger le marché du travail régional. - Il est prévu la possibilité de réglementer l'admission des ressortissants des Etats membres de l'UE et de l'AELE de manière moins restrictive, sans pour autant préciser ce que cela implique. https://www.news.admin.ch/message/index.html?lang=fr&print_style=yes&msg-id=53415

La Commission Européenne avait déjà fait savoir au lendemain du vote du 9 février, que la mise en place de contingents et la préférence nationale étaient inconciliables avec l'accord sur la libre-circulation des personnes entre la Suisse et l'UE. Dès lors l'ensemble des accords bilatéraux entre la Suisse et l'Europe, ainsi que les accords conclus dans le le même cadre avec des pays européens, seraient dénoncé - effet guillotine.En 2012, plus de la moitié des exportations suisses (56%) l'ont été vers l’Union européenne, qui reste le premier partenaire économique de la Suisse.

Or, un des accords bilatéraux les plus importants, permet de commercer sans entraves dans tous les pays de l’UE seront dénoncés, reléguant la Suisse au niveau des pays les plus exotiques.

Par démit électoraliste, l'UDC a toujours refusé de considérer que le refus de la Suisse d’adhérer à l’Espace économique européen (EEE) en 1992, avait eu de graves conséquences sur les exportations et le chômage. Il a fallu près de 10 ans au Conseil Fédéral pour mettre en place les accords Bilatéraux.

Le Conseil Fédéral a parfaitement raison d'appliquer l'initiative de l'UDC à la lettre, de démontrer les conséquences de sa mise en œuvre, puis de demander au peuple Suisse de choisir en se prononçant de manière éclairée sur le maintien ou non de la voie des Bilatérales.

Aujourd'hui l'UDC doit prendre ses responsabilités et assumer son choix du rejet de la voie des bilatérales qui lui était parfaitement connu, sous peine de devenir un parti politique Ringard et Sectaire.

La Suisse ne peut plus se permettre les dérapages d'une classe politique irresponsable, elle doit maintenant tout mettre en œuvre pour améliorer son image, sans quoi notre modèle de démocratie populaire sera vu comme le reflêt d'une population de Lemmings suicidaires. https://fr.news.yahoo.com/suisse-officialise-préférence-nationale-124900117.html


35 vues